De nos jours encore, la majorité des aliments destinés tant à la consommation humaine qu'animale a pour origine la production agricole. Celle-ci dépend, bien sûr, des agriculteurs, mais aussi des moyens dont ils disposent : génétiques, chimiques ou mécaniques, en particulier des machines agricoles. Ces machines agricoles se trouvent aussi bien dans les champs que dans les bâtiments d'exploitation. Elles ont un point commun : il leur faut de l'énergie pour les entraîner et, quelle que soit l'origine de cette dernière (fossile ou non), elle fait toujours appel à un transformateur : le moteur. En effet, dans nos pays modernes du moins, l'effort humain et la traction animale ne sont pratiquement plus utilisés, malgré certains avantages procurés par les animaux, l'autonomie qu'ils assuraient à l'exploitation, en premier lieu. Mais cette mécanisation motorisée que nous rencontrons en traversant les campagnes, et qui nous apparaît aujourd'hui comme naturelle, familière, relève d'un phénomène, somme toute très récent.

La maîtrise et l'entretien des machines agricoles impliquent des savoirs particulièrement diversifiés. En effet, outre la mécanique et les transmissions, ces outils incorporent massivement des composants hydrauliques et électroniques.
Ce cours d'Agroéquipement, qui est destiné aux étudiants de première année second cycle (Ex 3éme année) de l'école nationale supérieure agronomique, réunit toutes les connaissances techniques de base nécessaires à la compréhension du fonctionnement des machines agricoles.

La première partie apporte les notions théoriques et technologiques de façon pratique et théorique  sur tous les éléments constitutifs d'un tracteur depuis le moteur jusqu'à la climatisation en passant par les lubrifiants et les pneumatiques...

La deuxième partie présente les outils agricoles les plus utilisés pour la mise en place, l'entretien et la récolte des cultures tels que les charrues, les semoirs, les pulvérisateurs ou les moissonneuses-batteuses.

Ce cours résulte de la lecture de nombreux ouvrages et documents dont la plupart ne sont pas cités dans la bibliographie. En particulier, je me suis largement inspiré des ouvrages édités par CEMAGREF France, ainsi que des nombreux documents accessibles en ligne.


FEDDAL Mohamed Amine